Une famille refuse 5 millions de dollars pour garder sa maison – la dernière maison à résister à la spéculation immobilière

La maison est le lieu où chacun de nous a grandi, un nid où nous nous sommes sentis et nous nous sentons toujours en sécurité et où nous gardons tous les souvenirs de notre enfance. C’est un endroit confortable pour la plupart d’entre nous, mais aussi un endroit que nous ne voulons plus quitter. Malheureusement les temps changent, les enfants grandissent et même les voisins, dont les visages étaient autrefois si familiers, s’éloignent. Dans les grandes villes, les changements structurels sont beaucoup plus soudains, il est donc facile de se retrouver entouré de nouvelles maisons et de bâtiments qui se trouvaient auparavant à la campagne. Dans un monde en constante évolution, la famille Zammit est incontournable : leur maison et leur allée sont restées inchangées, tandis que tout ce qui les entoure a radicalement changé au fil du temps.


Pendant des années, la famille Zammit, qui vit dans la banlieue de The Ponds près de Quakers Hill dans l’ouest de Sydney, en Australie, a reçu des offres à six chiffres pour vendre sa maison, et pendant des années, la réponse a été la même : non. . Dans un quartier devenu gris et envahi d’immeubles tous pareils et dépourvus d’identité, la maison de Zammit se démarque à tel point que certains la considèrent comme le “château” de la banlieue. Imaginez une grande villa en briques rouges avec une avenue de 200 mètres, bordée d’une belle pelouse verte. Le boom de la construction ne semble pas avoir touché la maison de cette famille australienne, bien qu’il ait changé l’apparence de quartiers entiers au fil des ans. Savez-vous quelle a été l’enchère la plus élevée pour la maison telle que nous la connaissons jusqu’à présent ? Cinq millions de dollars. Une somme ahurissante qui tenterait n’importe qui, et qui a été offerte aux Zammit il y a 10 ans. Mais ils ne semblent pas prêts à céder.


Aujourd’hui, leur maison vaudrait au total 50 millions de dollars, mais même ce chiffre ne fait aucune différence pour eux. La valeur sentimentale qui les lie à cette maison, devenue le dernier exemple dans ce faubourg d’une architecture plus traditionnelle et harmonieuse, est bien plus importante que l’argent. Bref, tout l’argent du monde ne suffirait pas pour acheter cette maison.

La maison Zammit est le seul espace vert de The Ponds et la dernière maison en briques rouges d’un quartier saturé de blocs de béton gris et d’impasses. Pour ceux qui veulent acheter la maison et continuer à construire dans la région, les Zammit n’ont qu’une seule réponse : « Continuez à rêver… ! ».

Like this post? Please share to your friends:
les meilleurs articles en français

Videos from internet

Related articles: